Mes impressions en sortant de la projection ...

 

"Un jeune médecin Zaïrois choisit d’exercer son art

hors de la dictature de son pays qui lui offre un pont d’or.

Renonçant à l’évidence il doit affronter le racisme de base

d’un petit village français qui n’a jamais vu d’autre noir

que celui des boites de «  ya bon banania. »

c’était il y a 50 ans.

 

À la projection de presse cet après midi, moi Rufus

je me suis senti un pauvre nègre à la peau blanche

comme mon personnage dans le film

comme dans le film de Tony Gatlif LIBERTE

un pauvre romanichelle sans roulotte.

Mais le temps de la tristesse est dépassé

c’est un luxe qu’on pouvait peut-être encore se payer

après l’échec de mai soixante huit.

Aujourd’hui il y a panique à bord sur ce sujet

Rambaldi est passé à l’action avec cet acte citoyen.

J’ai cru au début du film qu’on allait se la danser

politique entre l’assimilation et l’intégration.

Eh bien non, il y est question d’amour, d’humanité

de fraicheur, de joie de vivre comme seuls outils

de survie contre l’ignorance, la haine et la peur.

Quatre acteurs magnifiques Aissa Maiga Marc Singa

tiennent les rôles de parents et leurs deux enfants

qui ont gros à jouer dans le film sont époustouflants."

Rufus 

 

 

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /htdocs/public/www/modules/mod_jmod_slider/mod_jmod_slider.php on line 13