Rufus reçu à l'académie Alphonse Allais

Le comédien a été intronisé, samedi, à Honfleur. Il rejoint dans ce cénacle de l'humour son parrain, le cinéaste Claude Lelouch, qui lui a donné un joli rôle dans son dernier film Salaud, on t'aime.

Paris et Honfleur sont sœurs. Elles ont en commun un fleuve, la Seine, et une académie. Le cénacle du Quai Conti a été créé par un homme sérieux, très sérieux, le cardinal de Richelieu. L'académie honfleuraise n'est pas le fruit de la volonté d'un premier ministre, fût-il le plus prestigieux. Elle est un hommage permanent à la bonne humeur rendu par les admirateurs d'un pharmacien-écrivain qui avait du génie. Alphonse Allais était un virtuose du bon mot. Ses contes ont été écrits comme des farces et attrapes littéraires. Le paradoxe était son credo: Deux et deux font cinq, On n'est pas des bœufs, À se tordre... dès le titre le ton était donné.

Depuis 1954, d'illustres femmes et hommes sont intronisés à Honfleur non loin de la pharmacie familiale qui a vu naître Alphonse Allais. La liste des «alphonseurs» est impressionnante: Eugène Ionesco, Arletty, Sacha Guitry, Jean Yanne, Raymond Devos, Michel Laclos mais aussi Philippe Bouvard, Alain Decaux, René de Obaldia... Ces deux derniers possédant aussi la distinction d'être Immortels.

Samedi, l'académie Allais recevait en son sein un nouvel impétrant: Rufus. Cet homme drôle est un drôle d'homme. Ce funambule qui aime les planeurs peut se targuer d'une étonnante filmographie. Il a joué pour les plus grands: Polanski, Lelouch, Mocky, Lautner... Il s'est retrouvé nu comme un ver devant Mireille Darc avant de finir dans un placard, une balle entre les deux yeux. Il fut un sergent brutal face à Gene Hackman. Michel Bouquet lui cassa méchamment la gueule. Rufus c'est un clown blanc et rouge. Il est don Quichotte et Sancho Pança à la fois. Comme il est généreux, il a partagé son intronisation avec un prodige de l'humour. Son filleul, le talentueux Alex Vizorek, une sorte de Hugh Grant... belge.

Pour entrer dans l'académie Allais point n'est besoin de faire campagne ou de montrer patte blanche comme récemment Alain Finkelkraut sous la Coupole. Il suffit d'avoir des amis sûrs qui ont une révérence pour la drôlerie. Claude Lelouch et l'aphoriste Grégoire Lacroix, tous deux déjà grand-croix de la comète Allais ont donc fait office d'adoubeur en chef. Dans un court discours dont il a le secret, le réalisateur de L'aventure, c'est l'aventure a avoué au récipiendaire «Salaud, on t'aime!».

 

 

Cliquer sur l'image ci-dessous pour lire l'article de l'Allaisienne :
« L'Académie Alphonse Allais ne se refuse rien »

 

 

 

 

 

Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /htdocs/public/www/modules/mod_jmod_slider/mod_jmod_slider.php on line 13